« Beaucoup des technologies les plus sensibles aujourd’hui peuvent être développées par de toutes petites structures économiques sur des champs particuliers » a commencé par rappeler le ministre. En effet, si les géants de la « Tech’ » sont souvent à l’initiative des avancées les plus significatives en matière d’I.A., infine les plus visibles, un certain nombre de petites entreprises travaillent à populariser et diffuser les avancées techniques.

À titre d’exemple, la question de la reconnaissance vocale par l’I.A. et ses potentielles évolutions (traductions, accessibilité par tous, etc.) ne sauraient être uniquement le fait des plus grands.

Pour lire la sute, cliquez ici : portail-ie.fr